stdClass Object
(
    [row0] => stdClass Object
        (
            [field24] => Leila Chaibeddra
            [field28] => Direction & Développement & Diffusion
            [field23] => leila@tartine-production.com
            [field25] => 
            [field35] => 1
        )

    [row1] => stdClass Object
        (
            [field24] => Léa Capdevielle
            [field28] => Booking & Communication
            [field23] => booking@tartine-production.com
            [field25] => 
            [field35] => 2
        )

    [row2] => stdClass Object
        (
            [field24] => Riwan Le Boulch
            [field28] => Booking
            [field23] => concerts@tartine-production.com
            [field25] => 
            [field35] => 4
        )

    [row3] => stdClass Object
        (
            [field24] => David Peroncini
            [field28] => Administration Générale
            [field23] => admin@tartine-production.com
            [field25] => 
            [field35] => 0
        )

    [row4] => stdClass Object
        (
            [field24] => Elsa Romagny
            [field28] => Assistante administration & Assistante de Production
            [field23] => gestion@tartine-production.com
            [field25] => 
            [field35] => 0
        )

    [row5] => stdClass Object
        (
            [field24] => Lou Duclos
            [field28] => Production logistique des tournées
            [field23] => production@tartine-production.com
            [field25] => 
            [field35] => 0
        )

)
4
Labelle - Electro-Maloya
Labelle - Electro-Maloya

Labelle

Electro-Maloya

En 2013, le musicien et compositeur Labelle posait avec son premier album "Ensemble", les bases d’un univers qui lui était propre et comme sorti de nulle part. Un univers qui rassemblait deux mondes que tout semblait éloigner : l’électro et le Maloya, musique traditionnelle de l’île de La Réunion, dont Labelle est originaire.

Ce premier jet, brut et direct, dévoilait déjà l’ADN du son Labelle. Un mélange d’organique et d’électronique, de respirations et de rythmes endiablés, de transe et de sérénité, de ciel et de terre, résumé d’un sobre électro-Maloya.

Labelle est né à Rennes d’un père réunionnais, débarqué en métropole dans les années 70, et d’une mère originaire de la métropole. La maison familiale baigne dans un grand mix musical de styles et de sensibilités : la musique de l’océan Indien, le séga qu’écoute son père (musicien amateur), les synthétiseurs planants de Jean-Michel Jarre dont raffole sa mère et la techno de Détroit rapportée au domicile familial par son frère.

C’est à l’adolescence que Labelle découvre le maloya. Cette musique fait partie de l’histoire de La Réunion et ses origines remontent à l’esclavage. C'est avant tout une musique de lutte et de revendication qui a longtemps été interdite sur l’île par une politique conservatrice et pro-assimilation. 

Quelques années plus tard, il ouvre encore plus largement son spectre de connaissance musicale personnel en étudiant la musicologie. En autodidacte, il se constitue un solide bagage théorique et intègre les règles de composition musicale, un savoir-faire particulièrement précieux, lorsqu’il s’agira de dialoguer avec les musiciens et de retranscrire sa musique sur papier.

C’est sa passion pour le rythme ternaire du maloya qui décide Labelle en 2011 à s’installer à La Réunion. Comme un besoin de se rapprocher de ses inspirations musicales, mais aussi de ses origines, à la recherche de son identité dans un monde encore imprégné des restes du colonialisme. C’est sur l’île, au milieu de ce mélange vibrant de population et de religions, de cette flore étouffante et baignée par les différentes musiques issues de l’océan Indien, qu’il se lance dans la composition à temps plein. Il multiplie les projets, comme le duo Kaang avec le chanteur sud-africain Hlasko qui se produit aux Transmusicales de Rennes en 2015, il compose des bandes-son pour des spectacles de danse, réalise deux ciné-concerts, dont le premier inspiré de musiques du Niger sur un film de l’ethnologue Jean Rouch, reçoit le Prix des Musiques de l’océan Indien en 2015.

Acec son deuxième album "univers-île", il signe son entrée dans le label InFiné. Un disque, encensé par la critique, où s’invitent plusieurs légendes du Maloya comme Zanmari Baré ou Nathalie Natiembé et des musiciens comme Ballaké Sissoko et Parkash Sontakke. Labelle impose alors son identité sonore, où sa musique se fait plus symphonique, plus ouverte sur le monde, tout en interrogeant les sujets qui lui tiennent à cœur : l’identité, les racines, la généalogie, les musiques traditionnelles, les explorations électroniques, l’afro-futurisme, la cosmogonie et la créolité.

Il publie ensuite Post-maloya en 2018 un EP fascinant de musique de transe où il explore de nouveaux processus musicaux associés à l’utilisation des instruments du maloya. Labelle revient ensuite avec un projet dont il n’osait même pas rêver et la création de son propre orchestre : l’Orchestre-Univers.

Avec l’aide de l’Orchestre de la région Réunion, il franchi une nouvelle étape dans l’hybridation des cultures musicales savantes et populaires, des héritages de l‘Europe et de l’océan Indien. Ce troisième album, composé sur mesure pour l’Orchestre Univers, a été enregistré en live lors de quatre concerts, donnés aux quatre coins de l’île et dans les plus beaux théâtres de La Réunion. En juin 2019, il était à La Philharmonie de Paris avec les enfants de l’orchestre Démos Réunion pour sa création "L’enfant monde". Puis en 2020, il a présenté "Éclat" sa nouvelle création pour quatuor à cordes et électronique au TÉAT Champ fleuri.

2021, lui a offert la possibilité de commencer la création de deux nouvelles œuvres : Ennéade, un concerto pour piano, orchestre, électronique et percussions réunionnaises pour la soliste Vanessa Wagner, et un temps de recherche et d’esquisses du nouvel album solo.

Enfin, 2022 a commencé avec beaucoup d’intensité avec la sortie en janvier de l’album "Éclat" acclamé par la critique (4 clé ƒƒƒƒ Télérama, The Guardians, Le Monde, France Musique, etc.). Le 1er avril a vu la 1ère en exclusivité à La Réunion du concerto "Ennéade" avec la venue de Vanessa Wagner et la présence de l’ORR.

Prix

  • Grand Prix UNAC 2020
  • Prizewinner of "Prix Musiques de l’Océan Indien" 2015-2016
  • "Best Artist Pop Rock Électro" and "Best Music Vidéo" at Les Voix de l’Océan Indien 2014

 

Territoire Monde

Booking

  • Riwan Le Boulch
    Envoyer un email

Concerts

  • 1 Jui 24
    Labelle

    Nuits Blanches, Atelier Médicis
    Clichy-sous-Bois, France

  • 12 Jul 24
    Labelle

    Les Vieilles Charrues 2024
    Carhaix-Plouguer, France

  • 9 Nov 24
    Labelle

    Le Rocher de Palmer
    Cenon, France